home les auteurs twitter

Réguler le marché cognitif

Maxime

Gérald Bronner parle du concept de marché cognitif, un endroit où s’échangent des biens cognitifs (informations, croyances, connaissance ...)

ces biens sont en concurrence, et on les achète d’une certaine façon avec notre attention

les produits bien côtés sur ce marché ne sont pas toujours ce qu’on voudrait : infos sensationnelles, fausses infos, théories du complot et autres croyances irrationnelles

comme beaucoup marché, il y aurait donc besoin d’une régulation

L’Etat en propose une forme avec la loi sur les fake news

Qui serait une forme de certification sur la qualité des news

on a vu dans notre discussion sur le problème principal-agent (http://www.ninjaacere.fr/le-probleme-principal-agent.html) que c’était une solution

mais ce n’est pas la seule dans l’arsenal du régulateur

qu’est-ce que ça donnerait d’adapter d’autres techniques de régulation à ce marché ?

Benjamin

à mon sens, il y a déjà une forme de "régulation" sur ce marché, puisque la presse traditionnelle (celle censée véhiculer une information non-erronée) est subventionnée

en ce sens, la presse s'apparente à un bien sous-tutelle, c'est à dire que les pouvoirs publics incitent les agents à sa consommation par divers canaux

le problème qui fait jour actuellement, c'est que les fake news sont la production de citoyens "bénévoles", alors que la presse traditionnelle est le produit d'un travail collaboratif de salariés

Maxime

la presse représente aussi une part de marché de plus en plus faible sur ce marché

donc ça ne suffit probablement pas de faire de la presse un bien tutélaire

je vois aussi deux autres problèmes : 1) la presse n’est pas imperméable aux fake news, et leur donne même parfois une légitimité en les reprenant

2) l’Etat (ou ses représentants) lui-même n’est pas exempt de tout reproche, puisqu’il doit aussi justifier ses décisions, donc une certification venant uniquement de l’Etat est difficilement acceptée (ce qui est le cas de la loi sur les fake news)

Benjamin

oui je partage ton constat. Il est délicat qu'une puissance publique soit en capacité de dire "cette information est fausse, celle ci non" sans remettre en cause la liberté de la presse

d'ailleurs, j'ai l'impression qu'on veut passer d'une liberté de la presse à un droit à une information juste

Maxime

sur les biens tutélaires

si j’ai bien compris

il s’agit de biens que l’Etat va encourager ou décourager par des taxes par exemple

mais il y a plus ou moins consensus sur le produit

le tabac c’est mauvais, l’éducation est bénéfique

pour l’information, le problème c’est qu’on veut justement pouvoir trier le bon du mauvais

Benjamin

jusqu'ici, l'Etat pouvait juger que l'accès à l'information pour tous justifiait une mise sous tutelle de la presse

avec l'avènement des réseaux sociaux et la multiplication des terminaux, tout le monde peut etre producteur d'informations, et les algorithmes incitent à auto entretenir les informations que l'on a

dès lors, puisque tout un chacun est susceptible de produire de l'information n'importe où n'importe comment, on ne peut plus utiliser les outils traditionnels de subventions/taxes

donc l'Etat se tourne vers les labels, comme on le voit dans le bio

Dimitri

mais si le droit à l'information est un droit primaire des citoyens

l'Etat peut donner une sorte de pass d'information, et choisir les médias accessibles via celui-ci par exemple

Maxime

mais si l’Etat n’est pas une source de confiance ?

Benjamin

c'est un peu ce que nous avons avec le lancement de France Info non ?

Maxime

Pourquoi faire confiance à la sélection de l’Etat ?

Benjamin

c'est tout le problème....

Maxime

Jean Tirole explique très bien comment réguler la production de carbone en fixant le bon prix aux émissions de CO2

dans Economie du Bien commun (https://www.puf.com/content/Économie_du_bien_commun)

finalement l’Etat ne peut pas savoir qui serait le plus apte à réduire ses émissions de carbone

et une tonne économisée qu’elle vienne d’une entreprise ou d’une autre a le même bénéfice sur l’environnement

en fixant la tonne à 100€ par exemple, les entreprises qui peuvent économiser une tonne de CO2 pour un coût moindre vont le faire, mais pas les autres

et on change ainsi le point d’équilibre du marché

est-ce qu’il y aurait pas un moyen de faire de même sur le marché cognitif ?

une taxe cognitive ?

Benjamin

mais qui taxer ?

Maxime

Lui propose de taxer les producteurs sur le marché : https://kortina.nyc/essays/kinky-labor-supply-and-the-attention-tax/

pour résoudre un problème un peu différent (un problème qui peut surprendre pour nous Français) : le manque de main d’oeuvre

mais est-ce qu’on ne peut pas faire payer aussi le consommateur

non pas financièrement, mais cognitivement ?

Benjamin

mais comment savoir si le consommateur "mord à l'hameçon" ?

Maxime

je balance une idée comme ça, mais si je devais résoudre un petit problème, même simple, avant de pouvoir lire un article

est-ce que je ne choisirais pas soigneusement les articles que je lis ?

Benjamin

mais imagions je produis une information sur mon facebook : ce n'est pas un article, mais il contient une information, erronée

cette information est relayée par Dimitri, et de par son statut d'influenceur, elle se retrouve partagée par des centaines de personnes

tout le monde peut la lire, et elle est crue

comment l'Etat peut agir ?

Maxime

je pense que le réseau social est une source d’info en soit, donc tu dois “payer” avant d’accéder au réseau

une fois que t’y es, on va pas te taxer à chaque interaction (ou alors toutes les heures par exemple)

Dimitri

mais les réseaux sociaux sont un "tiers espace" comme le dit Dominique Cardon

c'est un endroit où les gens discutent horizontalement de l'information

c'est difficile de voir comment on peut taxer un espace horizontal

Maxime

pour accéder au réseau social, tu dois t’acquitter d’une taxe (financière ou cognitive)

après une fois à l’intérieur, effectivement, tu laisses leur fonctionnement normal

mais comme on te redemande parfois ton mot de passe

on peut te redemander de t’acquitter de la taxe

Dimitri

y a déjà des journaux qui obligent les lecteurs à répondre à un questionnaire sur l'article avant de commenter un article par exemple

c'est une taxe cognitive et ça permet d'effectuer un certain tri

sur Facebook, on peut penser à un petit questionnaire qu'on devrait remplir pour déterminer si on a bien compris la publication avant d'y répondre

Maxime

ou de la partager

effectivement ça me semble mieux

la lecture est “gratuite”

mais le commentaire ou le partage est “coûteux”

Dimitri

http://www.niemanlab.org/2017/08/remember-that-norwegian-site-that-makes-readers-take-a-quiz-before-commenting-heres-an-update-on-it/

Maxime

d’ailleurs comme le dit Cardon, les gens partagent sans vraiment y croire

juste comme on parlait avant de son horoscope

donc si en plus le partage est coûteux ...

Dimitri

d'ailleurs, le journal norvégien qui avait lancé l'initiative s'est rendu compte que la majorité des lecteurs se servait du Quiz comme "un jeu de compréhension"

Maxime

ça me fait penser à Mets-toi ça dans la tête http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/11/07112016Article636140851689657687.aspx

une des meilleures façons d’apprendre une leçon, c’est de faire l’interro avant la leçon !

La règle VI du subreddit https://old.reddit.com/r/badeconomics/ fait penser à ça aussi :

Si tu veux critiquer un prix Nobel d’éco, fais au moins deux paragraphes !

d’ailleurs ça me fait penser qu’on pourrait par exemple interdire les partages ou re-tweets sans commentaires

c’est aussi une tâche cognitive

est-ce que ça vaut le coup d’écrire un petit paragraphe juste pour pouvoir partager cet article qui dit que le jus de citron guérit tous les cancers ...

Dimitri

ou alors tu encourages encore plus le paradoxe d'Olson

parce que y aura que les militants qui seront prêts à écrire des paragraphes pour partager les articles qui les intéressent...

Maxime

oui c’est possible aussi

ça se teste

j’ai l’impression que les exemples de badeconomics et du journal norvégien sont plutôt positifs

ça peut même se tester rétrospectivement, en regardant ce qui est déjà actuellement partagé avec ou sans commentaires

Benjamin

mais du point de vue de l'opinion vous pensez que ça peut se faire ?

Maxime

c’est pas tellement l’opinion qui me fait peur

c’est plus Facebook et Twitter qui seraient pas tentés de jouer le jeu, ça va un peu à l’encontre de leur business model

Dimitri

pour Twitter, oui

ça mise sur l'info directe et le partage le plus vite possible

mais Facebook, c'est envisageable

leur stratégie, c'est de garder les gens sur leur réseau

des tests pour savoir s'ils ont compris les vidéos ou les news, c'est pas contradictoire, et ça peut même augmenter le temps passé sur facebook

Maxime

surtout qu’ils essaient d’être vertueux sur le sujet des fake news

Dimitri

moi j'aimerais bien un système bonus/malus lié à la vitesse du réseau social aussi

ça serait marrant un système où plus tu partages de merdes, et plus le réseau social ralentit

au niveau de l'affichage

alors que plus tu partages de sources sûres, et plus ta connexion est accélérée

Benjamin

ah oui ça serait bien ça

Maxime

mais là tu dois pouvoir dire ce qui est bon et ce qui est mauvais

Dimitri

oui

y a un système de PageRank à mettre en place

Maxime

et tu fais confiance du coup à FB ou Twitter pour le mettre en place ?

dans ce cas là, autant faire confiance aux certifications qu’ils essaient de mettre en place maintenant non ?

Dimitri

le CSA a dit vouloir étendre sa compétence aux réseaux sociaux

il peut avoir un rôle d'évaluation

mais c'est quoi les certifications de Facebook et Twitter ?

Benjamin

https://www.csa.fr/content/download/252845/714731/file/CSABrochureOrientations-2018.pdf

Maxime

il me semble que Facebook marque s’il pense que la source est fiable ou pas

Dimitri

oui, Facebook marque aussi certains utilisateurs pour savoir s'ils sont fiables ou pas

Maxime

ah ça j’ai jamais vu (mais j’y vais de moins en moins aussi)

Dimitri

non mais c'est masqué

je pense qu'il limite l'affichage des utilisateurs non fiables

Maxime

ok, ça pourrait être aussi public, et puis les gens en font ce qu’ils veulent

bon il est temps de conclure cette première discussion sur un nouveau format plus prospectif

on est parti d’une idée assez théorique, si les infos sont échangées sur un marché cognitif, comment puis-je le réguler comme n’importe quel marché

les certifications sont un moyen mais sur ce marché, il faut donc faire confiance à l’organisme qui certifie, que ce soit l’Etat ou un organe reconnu comme les Décodeurs du Monde par exemple, donc on rentre vite dans un problème méta de la fiabilité des sources

pourquoi pas alors ne pas instaurer une taxe sur les biais cognitifs à l’instar par exemple de ce qui se fait pour le carbone

partager une information serait donc plus coûteux (par exemple, obligation d’écrire un paragraphe sur ce qu’on partage)

ceci inciterait donc à ne pas partager n’importe quoi d’un simple clic

ce qui peut être à double tranchant : seul les plus militants seraient assez motivés pour s’acquitter de cette taxe, renforçant le paradoxe d’Olson